Archives de l’auteur : Le président

Soyez écolo, prônez le nucléaire !

Un écologiste critique les énergies renouvelables, qui posent des problèmes environnementaux sans répondre à la demande, contrairement au nucléaire.

Extraits du long article publié le 09 03 2019 par Le Point

Il est raisonnable de s’interroger sur la sûreté de l’énergie nucléaire et le devenir de ses déchets. Il s’avère que des scientifiques étudient la sécurité et les effets sur la santé de différentes sources d’énergie depuis les années 1960. Toutes les grandes études, y compris une récente publiée dans la revue médicale britannique The Lancet, confirment cela : le nucléaire est le moyen le plus sûr pour produire de l’électricité de manière fiable.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la fumée produite par les combustibles fossiles et la biomasse entraîne la mort prématurée de sept millions de personnes par an. Sur une durée de vie de 80 ans, moins de 200 personnes mourront des suites du pire accident nucléaire de l’histoire, Tchernobyl,

Si le nucléaire est la meilleure énergie d’un point de vue écologique, c’est parce qu’il produit si peu de déchets et qu’aucun ne vient pénétrer l’environnement comme polluant. En revanche, les panneaux solaires nécessitent 17 fois plus de matériaux (ciment, verre, béton et acier) que les centrales nucléaires et génèrent plus de 200 fois plus de déchets.

Le problème du nucléairec’est qu’il est impopulaire, victime d’un demi-siècle d’une action concertée entre lobbys des énergies fossiles et des énergies renouvelables, militants de la dénucléarisation militaire et écologistes misanthropes ayant en ligne de mire l’interdiction de la technologie.

Il est compréhensible que les militants de la lutte contre le changement climatique se soient tournés vers les énergies renouvelables. Elles avaient tout l’air d’être un moyen d’harmoniser la société humaine avec le monde naturel.

Maintenant que nous savons que les énergies renouvelables ne vont pas sauver la planète, allons-nous réellement rester les bras croisés et les laisser la détruire ?

Continuer la lecture

«Nous voulons des coquelicots» Le 1 mars 2019

Comme tous les premiers vendredi du mois, rassemblement à 18h30 sous la Halle de Matignon. Le premier mars, lors du rassemblement, Patrice Hamoniaux nous a présenté son expérience :

La conversion au bio de Nadia et Patrice Hamoniaux

NOTE aux lecteurs : en fin de l’article, un lexique des sigles (en bleu).

A 4 ans je voulais déjà être agriculteur, j’ai toujours voulu suivre les traces de mon père. J’ai obtenu un bac D à la Ville Davy à Quessoy puis un BTS TAGE (rebaptisé depuis, ACSE : Analyse et la Conduite des Systèmes d’Exploitations agricoles.) à Rennes. On ne parlait pas d’agriculture biologique ni à la maison ni à l’école.

Continuer la lecture

Les animaux reviennent sur la lande de Plévenon

Un projet d’entretien de la lande que chacun peut soutenir

Fréhel environnement présente ce projet qui nous semble important pour notre environnement. Nous espérons qu’un jour un projet équivalent pourra se faire sur la lande de Fréhel.

Pour voir la présentation complète du projet et pouvoir y participer (cliquer ici)

Résumé du projet expliqué par Katell Lorre :

Cette année nous avons la joie de pouvoir aller sur une partie des landes du Cap Fréhel, et ça c’est une sacrée nouvelle ! Hors période de chasse donc, de mars à septembre environ, les animaux et moi allons faire une transhumance et vivre plus de 6 mois sur ce lieu magique : toute cette zone entre le Cap Fréhel et le Fort La Latte.

Les animaux sont de races bretonnes avec comme avantage qu’elles broutent et valorisent bien les pâturages rustiques comme les landes. Elles y trouvent les végétaux pour se nourrir ainsi que toutes les plantes utiles pour leur santé.

En échange, le fait de pâturer ces landes va permettre la réouverture de certaines parties fermées par de l’ajonc ou des bruyères et donc y apporter l’espace nécessaire pour le retour d’autres espèces floristiques et faunistiques.

Continuer la lecture

Projet de réhabilitation des carrières de Fréhel

COMMUNIQUE DES ASSOCIATIONS ENVIRONNEMENTALES D’ERQUY, FREHEL, PLURIEN

Une pétition en ligne depuis une semaine appelle à s’opposer à ce projet : + de 30 000 personnes l’auraient signée, pourtant, l’auteur est anonyme, non identifiable, et pour cause : l’argumentaire est composé d’affirmations partielles, et, plus grave, pour certaines mensongères !

Nos associations implantées sur ce territoire des Caps depuis Erquy jusqu’à Fréhel, ont pour objet notamment la sauvegarde des sites, la préservation des écosystèmes terrestres et marins. A ce titre nous travaillons sur ce projet depuis son origine. Nous sommes vigilants quant aux évolutions qui lui ont été apportées notamment pour tenir compte de nos préconisations. Notre base d’analyse et d’appréciation ce sont bien évidemment les textes légaux, réglementaires édictés par la Loi Littoral, par les exigences qu’imposent les directives européennes relatives aux zones Natura 2000 dont fait partie ce territoire et reprises dans le code de l’environnement. Continuer la lecture

Proposition de Loi protégeant la population des pesticides par l’instauration d’une zone tampon.

Voilà une proposition de loi qui, malgré l’importance vitale qu’elle présentait, n’a pas été votée pour des raisons strictement politiques. En cette occasion la santé de nos concitoyens est donc passée au second plan.

Par ailleurs on peut s’interroger sur le fait que, lors de ce scrutin n°1146 du 14 septembre 2018, seuls 56 députés étaient présents sur les 576 inscrits. Notre député, Monsieur Hervé Berville était absent.

Nous donnons ci-après un extrait des argument présentés pour défendre ce projet de loi, chacun se fera son opinion :

EXPOSÉ DES MOTIFS

En 2015, 68 000 tonnes de pesticides dédiés à la production agricole végétale, également appelés produits phytosanitaires, ont été vendues en France. Ce chiffre indique une nette augmentation (+ 6,8%) entre 2009 et 2015 alors que la surface agricole utile a légèrement diminué (- 0,7%). Cette augmentation de l’usage des pesticides par l’agriculture s’est produite en dépit de la mise en place du plan Ecophyto 2018 qui prévoyait une réduction de la moitié du recours aux pesticides entre 2009 et 2018. Pourtant, la baisse de l’usage des pesticides est de la plus grande importance au vu des enjeux de santé publique soulevés par l’impact d’une exposition aux pesticides sur la santé des personnes. Continuer la lecture

«Nous voulons des coquelicots» Le 1 février 2019

IMPACT DES PESTICIDES SUR LA SANTE

Comme tous les premiers vendredi du mois, rassemblement à 18h30 sous la Halle de Matignon. Lors de ce rassemblement du premier février,  le texte ci-dessous a été présenté par son auteure, Mme Jocelyne POIGNANT phytothérapeute.

Les pesticides présentent des risques pour notre santé et notre planète mais de quels risques parle-t-on précisément ?

Continuer la lecture

L’éolien terrestre programme un gigantesque préjudice écologique. La FED envisage d’attaquer le gouvernement

Communiqué de presse de la Fédération de l’Environnement Durable

Paris le 5 février 2019 : 19h30

La Fédération Environnement Durable envisage d’attaquer le gouvernement français pour inaction contre la pollution du territoire générée par les déchets des éoliennes industrielles. La situation de l’Allemagne (1) confrontée à ses premiers démantèlements d’éoliennes, nous révèle qu’aucune précaution à la hauteur des enjeux n’a été prise par l’État français (2) pour protéger l’environnement.

Selon le calendrier de la programmation pluriannuelle de l’énergie, (PPE) annoncé par le gouvernement (3), environ 14.500 éoliennes seront installées à l’horizon 2028, ce qui correspondra à une artificialisation massive des sols ruraux, puis à la constitution d’une colossale déchetterie industrielle. Continuer la lecture

Nucléaire et climat : la grande tromperie

Article publié dans « Le Monde ». Pour lire l’article, cliquer ici 
En espérant que sa conclusion, ci-après, vous incitera à lire cet article très documenté :

La conclusion : Un débat public vérolé

D’après l’enquête IPSOS, 75% des personnes se déclarant le plus hostiles à l’électricité nucléaire croient que les centrales nucléaires contribuent « beaucoup » à l’effet de serre.

Pourquoi la population française est-elle à ce point dupée sur une caractéristique majeure et décisive pour la politique climatique de son système électrique ? La question interroge l’école, les formations supérieures, la presse, mais aussi les discours des responsables politiques et militants.

Tout responsable politique doit se demander s’il s’exprime clairement sur ce sujet. Tout journaliste concerné doit se demander si ce qu’il dit et écrit (ou pas) contribue (ou pas) à maintenir les citoyens dans cet état d’ignorance ou à l’informer correctement.

Que l’on soit en désaccord avec l’utilisation de cette énergie parce que l’on n’est pas convaincu que les pratiques des industriels comme le dispositif public de contrôle du risque nucléaire par l’Autorité de Sûreté Nucléaire sont efficaces pour nous protéger est respectable. Et peut constituer une raison pour refuser cette source d’électricité.

Mais que le débat public soit vérolé par une ignorance aussi criante de la capacité de l’énergie nucléaire à apporter une solution pérenne et massive à une fourniture d’électricité climato-compatible est une tare pour la vie démocratique.

Pour lire l’article, cliquer ici

La Cour des comptes alerte sur le coût des EnR

Article publié dans « Le Monde ». Pour lire l’article, cliquer ici 
En espérant que sa conclusion, ci-après, vous incitera à lire cet article très documenté :

La conclusion : Opération vérité des coûts

« Parmi les sujets de débat exigeant cette opération vérité, celui sur les prix des différents moyens de production d’électricité s’impose. Sous pression de l’opinion publique, la filière nucléaire a depuis longtemps fait ce travail de transparence, en interne, ou soumis à des audits externes comme les différents rapports de la Cour des Comptes sur le coût complet du nucléaire, déchets et démantèlement compris, mais aussi recherches publiques. Or, la filière des EnR (Energies Renouvelables) est totalement exempte d’une telle démarche.

Comme l’indiquent ici deux économistes de la Toulouse School of Economics, ce coût doit comprendre les dépenses liées à la compensation de l’intermittence des énergies solaires et éoliennes. J’ajouterai qu’il faut aussi compter les dépenses de réseaux liées à leur introduction, l’Allemagne prévoit ainsi de dépenser 40 milliards d’euros pour que son réseau haute tension s’adapte à l’installation des EnR. Or, la prise en compte de ces coûts – dont le montant est spécifique à chaque système électrique et à la part de ces énergies – change radicalement la donne. Elle montre que les calculs fondés sur le prix d’installation et de fonctionnement d’un moyen de production (quel qu’il soit) isolément du système sont très éloignés du réel. »

Pour lire l’article, cliquer ici.

Réchauffement climatique – Aurélien Barrau

Aurélien Barrau est un astrophysicien français engagé dans la question écologique.
Il a notamment lancé avec l’actrice Juliette Binoche un appel intitulé :
« Le plus grand défi de l’histoire de l’Humanité »
signé par plus de 200 personnalités, dans le journal Le Monde à la suite de la démission de Nicolas Hulot.
 
Dans le cadre du festival Climax organisé à Bordeaux du 6 au 9 septembre 2018, lors de la conférence intitulée Quel nouveau contrat social avec le vivant ?,
Aurélien Barrau transforme son intervention en tribune politique
« parce que face à l’urgence, on n’a plus le choix »
et réitère son appel à un changement sociétal pour préserver la planète.