Un moratoire sur les épandages de pesticides près des habitations est une nécessité sanitaire et morale

« Nous voulons des Coquelicots », TRIBUNE – Coronavirus, 19/04/2029

Le Covid-19 peut voyager sur des microparticules, dont celles de pesticides, affirment, dans une tribune au «Monde», le mouvement Nous voulons des coquelicots, opposé aux produits phytopharmaceutiques, et son président, Fabrice Nicolino. Une raison supplémentaire, selon eux, de décréter un moratoire sur leur épandage.

Tribune. Il y a un mystère des pesticides, et il est bien gardé. Mais ce n’est pas un mystère pour qui sait dépouiller des centaines de textes dispersés aux quatre vents que personne ne trouve intérêt à rassembler. Les pesticides de l’agriculture industrielle jouent-ils un rôle important dans la propagation du coronavirus? Tristement, mais certainement, la réponse est oui. Continuer la lecture

REFONTE DE LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE

A l’heure des débats sur la nouvelle Politique Agricole Commune (PAC) à Bruxelles et de l’élaboration de sa déclinaison nationale (le Plan Stratégique National), les propositions qu’André Pochon a élaborées pour la commission mise en place au niveau national nous paraissent devoir être connues. AP indique les moyens concrets d’assurer la transition de l’agriculture vers un modèle plus autonome, plus économe et plus durable. C’est, en somme, le modèle de l’agro-écologie que le Ministre Stéphane Le Foll avait essayé, comme André Pochon, de promouvoir.

Les propositions de celui-ci ont été endossées par une association environnementale départementale, Vivarmor Nature (dont André Pochon est l’expert et le porte-parole agricole) et déposée par cette association auprès de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), qui reçoit les contributions à la consultation publique « imPACtons ». On peut ainsi consulter en ligne les trois pages de deux « cahiers d’acteurs » actuellement déposés: celui de la FNSEA et celui de Vivarmor.

Il est édifiant de comparer les deux. Continuer la lecture

EOLIEN. Tarifs garantis, l’argent de la honte

Lettre de la Fédération Environnement Durable
lundi 30 mars 2020 16:24

Des promoteurs éoliens osent se vanter de continuer à gagner de l’argent grâce aux tarifs de l’électricité qu’ils vendent à EDF à des prix garantis sur 15 ans ( et exorbitants compte tenu des conditions actuelles du marché)

Voici la remarquable réponse sous forme de  » tribune-lettre » de Michel Faure, polytechnicien, à la tribune hors-sol de son camarade, florissant promoteur éolien qui a osé écrire dans le journal les échos du 26 mars 2020 :

Continuer la lecture

La transition énergétique, un piège bien huilé

Le programme éolien français est sans intérêt pour le climat, très coûteux, dommageable pour l’environnement et irrespectueux du droit. Comment expliquer son statut de priorité nationale ?

La « transition énergétique » va nous permettre à la fois de sortir du nucléaire, de ne plus dépendre du pétrole et du gaz, de lutter efficacement contre le changement climatique et d’engager une décentralisation de la production d’énergie. Tels sont les quatre arguments développés par les promoteurs des énergies renouvelables un peu partout dans le monde. Le concept est né en Allemagne au lendemain du deuxième choc pétrolier (1979). Là-dessus est arrivée la crainte du réchauffement climatique, devenu un enjeu mondial à partir de 1992 (sommet de Rio). Continuer la lecture

La Cour des comptes alerte sur le coût des EnR

Voulez-vous frémir ? Devant une somme d’argent faramineuse. D’argent public. Dont la finalité est fortement controversée ? En voici une, piochée dans le dernier rapport de la Cour des comptes. Un rapport sur «le soutien aux énergies renouvelables». Ce chiffre ? 121 milliards d’euros. Il est inéluctable. Il représente en effet uniquement le montant du soutien public auquel s’est engagé L’État par les contrats signés avant 2017 au bénéfice des producteurs d’électricité d’origine éolienne et photovoltaïque (plus un chouïa de bio-méthane). Continuer la lecture

Eoliennes bidon ou Santé béton ?

par Ludovic Grangeon 16/03/2020

120 MILLIARDS €
La France a déjà dépensé 120 milliards d’euros dans les éoliennes.

Pendant la construction de 8000 éoliennes en France, terrible échec industriel, le budget de la santé a subi 8 milliards de crédits supprimés, 100 000 lits fermés, 95 services d’urgence éliminés, la moitié des maternités rayées de la carte. La comparaison est insupportable.

Le « grand mensonge » aux Français

Après trois ans de crise grave sanitaire et maintenant le coronavirus fatal, c’est le choix budgétaire de l’Etat qui est malade : seulement 25 % des éoliennes coûtent autant que la remise à niveau de la totalité de notre système de santé, estimée à 30 milliards minimum. Et si le résultat avait été au rendez vous, mais ce n’est pas le cas. La France a englouti 120 milliards dans une solution gadget qui prétendait remplacer le nucléaire : les éoliennes. Après avoir dépensé un coût faramineux égal à toutes les autres énergies, les éoliennes ne fournissent que ce ridicule 5% de l’électricité française, seulement 1 jour sur 5, et elles ont renchéri les tarifs de l’électricité de 35%, pour rien. La commission parlementaire d’enquête la plus importante des 20 dernières années (Aubert- Meynier Millefert) l’a bien démontré en 2019, y compris au sein de la majorité présidentielle qui a très sévèrement interpellé le dernier congrès de France Energie Eolienne fin 2019, en soulignant ce « mensonge » aux Français. Emmanuel Macron lui même a repris le message à Pau en janvier 2020 en soulignant que nous arrivions au bout de cette logique absurde. La colère gronde. Continuer la lecture

Les éoliennes polluent énormément

par Ludovic Grangeon*

En 2019 les raccordements d'éoliennes en Allemagne ont chuté de 82%
En 2019 les raccordements d’éoliennes en Allemagne ont chuté de 82%.

 

 

Depuis quelques années, le lobby des énergies renouvelables reste crispé sur une seule filière, celle qui permet de faire beaucoup d’argent tout de suite sans lendemain. Contrôlé par seulement 9 fabricants, tous étrangers, il propose un seul modèle d’éoliennes alors qu’il en existe 14 !!! Les structures sont gérées par des lobbyistes et financiers professionnels ayant peu de rapport avec l’énergie, venant des cabinets d’avocats d’affaires ou de fonds de pension.

Ce qu’on ignorait, c’est que cette filière est aussi très polluante. Même Emmanuel Macron s’est rendu compte de la supercherie en déclarant à Pau en janvier 2020 que la coupe était pleine, face au mécontentement général. Le nouveau schéma d’Emmanuelle Wargon vole en éclats.
Les éoliennes polluent et elles polluent énormément !!!

Continuer la lecture

Le Projet éolien en baie de St Brieuc, les raisons de notre opposition

Un peu d’histoire

Avant de faire un rapide rappel historique du dossier qui nous (* voir précision en fin de texte) occupe tant depuis plusieurs années, peut-être pouvons-nous ici rappeler quelques points techniques, sans entrer dans les détails pour ne pas noyer le lecteur, mais qui permettent de mieux appréhender quels sont les enjeux réels.

1 LE CLIMAT

Le principal sujet qui agite le monde scientifique, mais pas seulement, depuis plus de 30 ans est le réchauffement climatique d’origine anthropique (donc dû à l’action de l’homme sur son environnement). Tous les chiffres publiés depuis 40 ans se sont généralement vérifiés et même souvent au-delà des prévisions que ces mêmes scientifiques pensaient parfois trop pessimistes. Et le plus grand danger identifié réside dans la masse globale des émissions de Gaz à Effet de Serre (ci-après GES) dont le principal contributeur est le CO². Ces faits, longtemps ignorés et violemment combattus par ceux dont les intérêts économiques immédiats étaient menacés, sont rapidement devenus incontestables. Tous les Etats de la planète devraient maintenant organiser leur réflexion et leur action publique en visant principalement la réduction de ces émissions de GES au maximum, chaque pays devant prendre les décisions adaptées à l’état dans lequel il se trouve. Toutes ces décisions devraient être considérées en fonction de l’urgence et de l’importance de leurs émissions respectives. Il y a 3 grandes sources de génération de GES sur lesquelles les politiques doivent essayer d’agir afin de les «décarboner» : l’énergie et son origine (fossile ou autre), les transports sous toutes leurs formes et ce que l’on dénomme le tertiaire (notamment l’habitat). Continuer la lecture

Facture EDF : enfin une bonne explication à ce (très) cher courant

Explication poétique pour celles et ceux qui n’ont pas encore renoncé à comprendre leur facture d’énergie électrique

C’est fascinant, une facture EDF : belle comme une page de Verlaine, elle contient presque autant de lignes qu’un sonnet de Ronsard.
À la base, le gros monopole d’État vend des kilowatts/heure et le client, tous les deux mois, paye ce qu’il a consommé.
Exactement comme chez le boucher : je choisis une escalope, il la pèse, je paye le prix affiché et je repars avec une «facture» (en réalité un ticket qui ne comporte qu’une seule ligne pour le produit + la TVA et le total). C’est simple et de bon goût (si le boucher est bon) !

Alors, pourquoi la facture EDF est-elle si copieuse ? Continuer la lecture

Respecter l’eau, une urgence pour tous

Comme chaque année à la même époque se profilent des sécheresses de plus en plus fortes, de plus en plus étendues géographiquement et longues dans le temps. Chacun de nous, particuliers, citoyens responsables, en est conscient et fait ce qu’il peut, les pouvoirs publics nous exhortant à économiser ce bien de plus en plus précieux. Mais ces mêmes pouvoirs publics s’attaquent-ils à la cause réelle de la pénurie annoncée ? A cet égard le billet d’Alain Bazot paru dans UFC Que Choisir de ce mois nous rappelle que les plus gros consommateurs d’eau ne sont pas les particuliers et que l’Etat, sur ce sujet, est soumis à la FNSEA, lobby de l’agriculture intensive. Nous vous invitons à le lire et à le faire suivre largement :

Assises de l’eau : Ambition à l’eau !
Publié le : 01/07/2019

A l’image de leur organisation chaotique, les conclusions des Assises de l’eau sont, comme je le craignais, bien en deçà des attentes de la société civile et, surtout, des enjeux sanitaires et environnementaux actuels. Après les cris d’alarme que nous lui avons lancé ce week-end, le Ministère a bien procédé à quelques changements de dernière minute mais ceux-ci sont essentiellement cosmétiques et ne permettent pas de modifier le manque flagrant d’ambition du document de conclusions.
Continuer la lecture